Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le Tambour Rafistolé

Le Tambour Rafistolé

Voyages avec notre sac à dos.


12ème étape : Rencontre avec le Dalaï Lama. Derniers jours dans les montagnes

Publié par Sly sur 20 Janvier 2008, 14:08pm

Catégories : #Inde

Publié le 19/08/2007

  "Bien le Bonjour de Delhi,
  
      Nous sommes en effet passés des couvertures - aux ventilateurs, du thé au beurre - au soda frais, des moulins a prieres - à Shiva, des bonnets - aux saris, de nos jambes - aux rickshaws en seulement deux jours.
   Nous avons repris un bus (un peu plus luxueux cette fois, le 15/08/07) pour redecendre l'Himalaya vers Manali.

   De la, nous venons de passer la nuit dans un bus pour Delhi, d'ou nous sommes en transit pour le Rajasthan, derniere etape de notre voyage en Inde du nord ( bah alors Jacky, pas encore de vilain commentaire sur la date de notre retour?!?) 
   A ce propos Jacquo, nous atterissons le jeudi 29 aout, a 9h40 du matin.Nous sommes partis du terminal2, ca sera peut-etre le même."

 
Figurez-vous que depuis que j'ai vu le Dalaï Lama, je n'aime plus mal au doigt de pied! miracle !?
  Nous n'allons pas manquer de vous faire un commentaire sur ce qu'on appelle "l'apothéose de notre voyage en terre boudhiste" : ouahou!!



            Rencontre avec le Dalaï Lama...- 

       Plus qu'une conference du dalaï lama, on s'est retrouvé à un festival.


            A quelques kms de Leth, capitale du Ladakh, la petite Choglamsar accueillait l'importante communauté d'exilés tibétains.
   Depuis l'exil
du Dalaï Lama de Lhassa, dans la province du U-Tsang, Choglamsar est devenu un centre culturel tibétain majeur.

Ci-dessus, la banderole de bienvenue à Choglamsar-, où demeure une forte communauté d'exilés tibétains.
Inde-2007-3-083-copie-1.JPG

Une fête où chacun avait sorti ses plus beaux vêtememts et bijoux ladhakis.


Inde-2007-3-168-copie-2.JPG
Ci-dessous, face à l'estrade du Dalaï Lama, les lamas sont rassemblés au centre de l'assemblée.
                   Une mer de couleur grenat.
    Symboliquement, les Tibétains sont assis tout autour de leurs moines.

A droite, dans un carré réservé, les bouddhistes étrangers présents bénificient d'haut parleur traduisant les paroles du Dalaï Lama. Un enseignement de haute volée...sur le bouddhisme, sur son message de paix.



Inde-2007-.3-085.JPG

Tout en couleurs et en sourires, magnifiques, ambiance decontractée - a l'image de sa sainteté.


Inde-2007-.3-159.JPG
Inde-2007-.3-156.JPG
Inde-2007-.3-192.JPG

  Au cours de cette agreable et reposante semaine a Leh, nous avons visiter deux autres monasteres, Thiksey et Hemis. Encore une fois protegés par les hauteurs de l'HIMALAYA, tous deux sont imposants et beaux.

Inde-2007-.3-252.JPG

  Par contre, en raison d'un glissement de terrain, nous avons du renoncer aux célebres Alchi et Lamayaru -voyez comme nous sommes prudents!

  Ce soir nous enchainons en prenant un train ( ca nous avait manques le train, les couchettes, comme on est presse!!) pour JODHPUR, à la frontière du désert du Thar.
 Oui, cette étape se trouve effectivement dans le sud, mais ne vous inquietez pas, à la lisiere d'un désert, nous avons peu de chance de rencontrer la mousson - comme ici, en ce moment à Delhi où il fait moite!!
 

"On v
ous fait alors des bisous avec nos joues toutes collantes
a bientot,
E. et son n1n1"

Commenter cet article

Monique Pinçon 23/08/2007 10:37

Si le stade ultime de la parole peut être le silence, ce dernier est parfois lâche, effrayant et tragique, comme l'a prouvé et le prouve encore l'Histoire. Par ailleurs, il est permis d'apprécier une personne mais haïr ses erreurs et ses défauts. "De la nuance avant toute chose", disait le poète.

Mesh 22/08/2007 22:05

Le stade ultime de la parole, c'est le silence.

Monique Pinçon 22/08/2007 16:43

Dernier bonjour de la Sarthe,

Nous espérons sincérèment que votre voyage se poursuivra jusqu'à la dernière minute, comme il l'a été jusqu'à maintenant, dans la joie, dans le plaisir des sens et dans la richesse des rencontres, malgré les désagréments qui se sont focalisés sur toi, Estelle -tu pourrais en prendre quelques-uns à ton compte, mon cher Sylvain. Tu sais, la vie à deux repose sur le partage. A partir de là, elle n'est pas une sinécure. Par conséquent, et en toute logique, elle n'est pas rétribuée ou au mieux, en monnaie de singe. Comme les femmes excellent dans le commerce des belles paroles ou des promesses creuses (les principales bases de cette économie) elles dominent ce marché de la rétribution en couple. Pauvres de nous, les hommes! On t'aime quand même Estelle! Et tu as raison d'en avoir marre de tous ces désagréments touristiques qui font le siège autour de toi et qui s'invitent dans tous tes voyages.

Je sais qu'un blog touristique n'a pas pour vocation de recevoir des réglements de compte. Toutefois, comme j'y ai été mis en cause nominativement ("M pinçon": Aïe! la langue de Molière et les majuscules!), à plusieurs reprises de façon méprisante par une personne à qui je ne m'adressais pas, j'arrive à un moment où je suis tenté de réagir. Brièvement, de façon à ne pas gâcher les derniers instants de votre voyage. Bref! que vous restiez "bien dans vos baskettes" (Aïe! la langue de Molière , qui doit être mal dans ses baskets en lisant cela!)

J'accepte de n'être qu'un chroniqueur de pacotille "hors pair", digne de journaux "du coin". (Aïe! la langue de Molière!) Il est vrai qu'à deux reprises l'un d'eux, "Ouest-France", a publié deux de mes courtes rubriques sur des problèmes de société. Un hebdomadaire national, "Le Point", m'a également fait cet honneur avec un article concernant le philosophe Finkielkraut. Je reconnais donc n'être qu'un chroniqueur très très très occasionnel et sans valeur. C'est peu, mais c'est mieux que rien. Notons que ce journal "du coin", "Ouest-France", couvre quand même la Normandie, les Pays de la Loire et la Bretagne et a le plus gros tirage de tous les quotidiens de France, régionaux et nationaux confondus, soit environ un million d'exemplaires. De quoi en boucher un coin à certains (et oui avec un "s", sinon Aïe! la langue de Molière!).

Curieux aussi de voir l'un de ces journaux "du coin", "Le Maine Libre", être méprisé et accéder malgré tout sur la table de chevet du défenseur de la langue de Molière. Cherchez la logique.

Enfin, le "M pinçon qui est toujours aussi délirant dans ses commentaires..." en a un peu ras-le-bol, car il y a des limites à ne pas franchir. En effet, le délire est une pathologie qui se traduit par une perte de maîtrise du rapport au réel. Je pense avoir encore la maîtrise de mon écriture (pour le défenseur de la langue de Molière, je désigne par ce mot le contenu et non pas la calligraphie) et j'assume la responsabilité de celle-ci).

Pour terminer gentiment, je reprendrai une phrase de Guitry dans laquelle il estime "que critiquer les pensées des autres, c'est souvent regretter de ne pas les avoir eues soi-même." Et encore, il parle de critiquer, ce qui est légitime et enrichissant. Tout est différent, lorsque l'on passe de celle-ci à l'insulte gratuite, à l'absence d'argumentation et au mépris.

Ouf! Quel soulagement! A ma place, qu'aurait préconisé le Dalaï-Lama?

Ultimes bisous.

JACKY

jaquo 22/08/2007 09:43

coucou des parents il pleut dans la sarthe bisous

jaquo 21/08/2007 10:43

bonjour a tous je tiens a présenter mes excuses aux lecteurs du blog ,car je ne voudrai pas écorcher la langue de molière sur le mot "" croniqueur ""au lieu de chroniqueur et laisser une mauvaise impression .alors les jeunes pas de nouvelle de la gazette du coin , alors journée tranquille bonne promenade .nous sommes pas encore aller a Caen car il fait trop mauvais dans ce pays .derniere possibilité de dimanche a mardi .bonne route a vous deux

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents