Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le Tambour Rafistolé

Le Tambour Rafistolé

Voyages avec notre sac à dos.


"METAMORPHOSES" de Christophe Honoré, ou la sensualité des mythes anciens [3/5]

Publié par Sly sur 24 Septembre 2014, 12:31pm

Catégories : #culture

  Et si on s'en faisait Tout un Cinéma

   IL y a des mariages païens, et des dieux païens, et bon maintenant il y a des films païens – Le film païen- je ne connaissais pas avant la semaine dernière, mais c'est une expérience en soi. Ce qu'il nous raconte ? les aventures des dieux grecs dans la France d'aujourd'hui– Jupiter , Bacchus et consorts. Il s'agit d'une relecture du livre les Métamorphoses d'Ovide, auteur du Ier siècle de notre ère que l'on pourrait résumer ainsi : les Métamorphoses c'est la quintessence de la sexualité. Dans la première partie du film, On suit les aventures joyeusement débridé du dieu Jupiter - ; à la base la libido d'un dieu, on l'imagine ainsi : ça ne peut être qu'un hors norme- mais ici Jupiter bat tous les records- il séduit à tout va, et séduit les mortels...et les laisse un peu tomber -. Donc une de ses victimes : Europe une jeune fille sortit de son lycée qu'il va aller racoler à la sortie de l'école. Le tout plus ou moins surveiller par sa femme Junon, jalouse comme toute femme amoureuse – au passage c'est aussi la protectrice du mariage....

   C'est donc un film sur la possibilité de se métamorphoser, de changer les rôles d'être le dominant ou le dominé dans une relation amoureuse- et même de changer de sexe, comme l'illustre le mythe d'Hermaphrodite (né d’Hermès et D'aphrodite il a la malheur d'avoir la beauté de ses deux parents, et quand une naïade s'éprend de lui et qu'il se refuse à lui- elle s'unit à lui – pour se métamorphoser en un être portant les attribut des deux sexe). ICI, oui, On s'interroge sur les corps et la sexualité. Et cela nous offre une scène assez géniale quand Jupiter jalouse le plaisir qu'il donne à sa femme Junon- vous savez ce fameux multi-orgasme que seules les femmes connaissent- figurez vous que la femme éprouverait 8 fois plus de plaisir que l'homme- il y a de quoi être jaloux, et bien Junon chambre son mari, en lui disant qu'il se vante peut-être un peu là. Les mythes grecs c'est aussi l'excès en tous genre, pas seulement les pulsions sexuels mais aussi les meurtres, la violence débridé : Bacchus et les bacchantes sont là pour nous le rappeler. Une vie d'immortel qui s'affranchit de toute contrainte, rappelle les limite que l'homme se donne.

   Forcément un film qui brasse joyeusement tout ça, divise les avis. Le réalisateur a choisi de ne pas nous mettre des acteurs en toge, mais il théâtralise tout de même le jeu des acteurs. Il actualise le texte d'Ovide mais réunit un casting d'amateur qui peine parfois à le faire vivre. En tous cas, le résultat respire la liberté de ton – la fraîcheur. Soyons francs tous les acteurs ne sont pas excellents, mais Junon la femme cocufié de Jupiter et Bacchus habillés d'une chemise à fleur sont les révélations du film. Résumons les interrogations qui traversent ce film et qui vous traverseront vous spectateurs - et qui vous donneront envie d'aller le voir : Jupiter et la sexualité, Le personnage de Bacchus pose lui la question du croire, croire en une existence plus libre, nous rappelez nos vies païennes loin du vernis de la civilisation – qui a mis des limites : la pudeur-. Quant à Orphée – il offre une réflexion sur le prosélytisme-avec les Orphiques (peut-être le moins réussi) . Allez-y c'est un film d'une crudité parfois choquante, mais qui s'offre à vous comme une balade contemporaine audacieuse et originale au milieu des dieux.

Dyonisiaque
Dyonisiaque

Dyonisiaque

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents